Euronext 2008
Ode à la gouvernance financière


d’après Edmond Rostand

(Cyrano de Bergerac)


Olivier Pastré

Professeur à l’Université

de Paris VIII




 

Vendre des crédits à qui ne peut rembourser

Non merci

 

Découper ces crédits en produits de marché

Non merci

 

Désintermédier à « donf » ; faire les libéraux

Non merci

 

Laisser les banques « squatter » les paradis fiscaux

Non merci

 

Pousser ceux qui notent à amplifier les cycles

Non merci

 

Réguler les dérivés avec des bésicles

Non merci

 

Créer des normes comptables qui rendent gaga

Non merci

 

Faire de la « fair value »… l’alpha et l’oméga

Non merci

 

Et Bâle II votant Subprime sans être contesté

 

Non merci, Non merci, Non merci… Mais… penser

 

Rêver, réguler, encadrer, être libre.

 

Avoir l’œil qui regarde bien, la voix qui vibre.

 

Réintermédier sans achever le crédit.

 

Suspendre un temps les normes prudentielles. Pardi.

 

Centraliser les marchés de gré à gré continûment.

 

Normaliser la titrisation séchemement.

 

Appliquer les mêmes règles à qui prend les mêmes risques

 

Faire en sorte que ne soit toujours défié le Fisc.

 

Encadrer des traders les rémunérations.

 

Nationaliser les agences de notations

 

Créer une supervision européenne. Vite.

 

Bref dédaignant d’être le lierre parasite.

 

Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul.

 

Pas plus réguler.  Réguler mieux. Et pas tout seul.

 

 


Haut de page

.