L'économie en questions | Émission du samedi 4 mai 2013

Publié dans L'économie en questions 2013

Émission du samedi 4 mai 2013 | Archives

| Sujet no. 1 : en France, à l'heure du bilan d'une première année de présidence de François Hollande (facebook). François Hollande qui a assuré en tout début de semaine que plus que jamais, il avait besoin des entreprises pour investir, pour créer de la recherche, pour relancer la machine économique. Nous reviendrons donc sur cette rencontre qui a clos les assises de l'entreprenariat ; 300 chefs d'entreprise, entrepreneurs reçus à l'Elysée lundi après-midi. Suite on s'en souvient sans doute, à la fronde c'était il y a six mois, des dits "pigeons" (Site officiel/twitter). Projet de taxation accrue des plus-values de cession d'entreprises qui avaient été prévu dans le projet de loi de finance de septembre 2012. Et puis en milieu de semaine l'annonce de la rupture des négociations entre l'américain YAHOO qui souhaitait racheter à France Telecom 75 % du capital de DAILYMOTION avec une option pour monter à 100 %. L'Etat s'y est opposé. Il ne voulait pas aller plus loin que 50 %. Les discutions ont capoté. Deuxième illustration donc de relations entre l'Etat français et les entreprises, des relations complexes comme on le voit. La difficile répartition des rôles, ce sera notre premier thème. On mentionnera d'ailleurs aussi dans ce sujet si mes invités le souhaitent la dite « loi Florange » qui est en préparation.

| Sujet no. 2 : après le drame du Bangladesh, plus de cinq cents morts semble-t-il dans les derniers, les derniers chiffres, sont morts dans l'effondrement la semaine dernière de cet immeuble de cinq étages où se trouvaient des ateliers de fabrication pour l'industrie textile. Un secteur qui je le mentionne a été dénoncé par le Pape au court d'une messe privée, c'était le 1er mai, comme un travail d'esclave imposé aux ouvriers. Le Bangladesh, deuxième exportateur mondial de textile. De plus en plus d'ailleurs d'industries textiles dans ce pays venues semble-t-il d'autres pays où les salaires ont augmenté. Ainsi va la mondialisation. Un grand nombre d'entreprises étrangères, multinationales ou pas y font fabriquer leur production. Leur responsabilité est bien sûr engagée. Mais que peuvent encore les Etats ? Que peuvent les institutions internationales ? Sont-elles vraiment impuissantes à protéger les conditions de travail dans ces pays pauvres ? Ce sera notre deuxième thème.

| Invités :

Dernières mises à jour

28/03/2017
ACTU | ANNONCE | OP sur France 24 (29/03/2017)

Lire la suite...